A l’aube d’une sixième vague d’extinction de masse des animaux


D’après une étude très alarmante publiée lundi 10 juillet dans la revue Américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), il s’agit d’un véritable “anéantissement biologique”, le rythme est effréné et beaucoup plus rapide que prévu. En ligne de mire, la surpopulation humaine, la surexploitation des espèces et les changements climatiques.



Sommaire :



 


Une ampleur “sous-estimée” et “catastrophique”


Cette étude a été réalisée par 3 chercheurs spécialistes dans la question de l'érosion et de la biodiversité. En juin 2015, ils parlaient déjà de ce phénomène au sein d’une étude publiée dans la revue scientifique Science Advances.
Leur calcul montre que depuis 1900, les disparitions d’espèces ont été multipliés par 100. Une “défaunation catastrophique” pour les écosystèmes en place entraînant également des impacts majeurs au niveau écologique, économique et social.


Ces conclusions sont le résultat d’une vaste enquête, où les populations de plus de 27000 espèces de vertébrés de tous les continents ont constitué l’échantillon à étudier : des oiseaux, des amphibiens, des reptiles et des mammifères... ce chiffre représentant quasiment la moitié des espèces d'animaux vertébrés sur Terre.
La conclusion est sans appel : certaines espèces reculent massivement, autant en terme de nombre d’individus que de zone de présence.


De manière plus précise, un zoom a été fait concernant l'étude des aires de répartition et la population de 177 espèces de mammifères. Les résultats : 32% de ces espèces connaissent une diminution de leur population et de leur zone d’occupation et près de 40% d’entre elles ont perdu 80% de leur zone de présence entre 1990 et 2015. Sont citées notamment des espèces communes comme les girafes, les guépards ou encore les lions dont les populations et le territoire ne cessent de s'amenuiser au fil des années.


L’activité humaine tenue pour responsable


La cause principale ? En très large majorité l’activité humaine entraînant la dégradation voire la perte de l’habitat des animaux au profit de l’agriculture, de l’exploitation des richesses et de l’urbanisation. Viennent ensuite l’exploitation par la chasse, la pêche et le braconnage Puis, les changements climatiques.


Enfin, les scientifiques soulignent l’urgence de la situation et, afin de limiter cette extinction, appellent à agir très rapidement, au maximum dans les 30 ans. Un délai excessivement court à l’échelle de l’humanité.


Plus d’informations sur ce sujet en consultant l’article très complet du Monde.fr


 


Marine D.

Vous aimerez aussi

L'actu des animaux

Chine : après l'enfant unique, la politique du chien unique

Certaines villes chinoises ont instauré la politique du chien unique, obligeant les foyers à ne posséder qu'un seul canidé et interdisant aussi certaines races.

L'actu des animaux

Campagne d'été 2017 de la SPA : pas de prétexte à l'abandon

Comme tous les ans à l’aube de la saison estivale, la SPA dévoile sa campagne afin de sensibiliser et lutter contre l’abandon des animaux domestiques.

L'actu des animaux

Voiture et chien : attention au coup de chaleur

En cas de températures élevées, une vigilance toute particulière doit être apportée lorsqu’on est contraint de transporter son chien en voiture afin de prévenir d'un coup de chaleur.