Filtres actifs :
Effacer les filtres
Trier Fermer

Échinococcose du chat : causes, symptômes et traitement

Vous aimez observer votre chat à l’affut dans votre jardin, et vous vous délecter de ses câlins une fois qu’il a croqué sa proie ? Attention à l’échinococcose. L’échinococcose du chat est une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmissible de l’animal à l’homme. Lorsque le chat mange un rongeur infecté, les larves et les vers de l’échinocoque se développent dans son organisme. Il évacue ensuite les œufs en déféquant. L’échinococcose est sans gravité pour le félin, qui n’en est que le porteur sain. Mais cette maladie est terrible pour l’homme, chez qui elle provoque de graves pathologies des poumons et du foie, avec des conséquences qui peuvent aller jusqu’à la mort. Quelles sont les causes de l’échinococcose, quels en sont les symptômes, quels remèdes utiliser ? Voici les fondamentaux à connaitre absolument.

Échinococcose du chat : causes, symptômes et traitement

Les causes de l'échinococcose du chat

Les échinocoques sont de minuscules vers plats de la même famille que les ténias, d’une longueur d’à peine 3 millimètres. Ils parasitent les parois intestinales des renards, des chiens, des chats, sans être réellement dangereux pour eux. Mais leur forme larvaire est à l’origine d’une maladie gravissime pour l’homme : l’échinococcose. Deux espèces distinctes d’échinocoques sont présentes en France :

  • Echinoccus granulosus : Surtout présent dans le sud de la France. Cette forme du parasite touche surtout les chiens.
  • Echinococcus multicolaris : Surnommé le « ver du renard », qui en est le premier hôte. Dans les régions où la population des renards est développée, le parasite est en expansion. Lorraine, Franche-Comté, Alpes, Massif Central sont autant de zones où les précautions s’imposent.

Les chats sont concernés par la même parasitose que les renards : Echinococcus multicolaris. Lorsqu’ils chassent en extérieur, ils attrapent des mulots ou des campagnols contaminés. Les larves ingérées par le chat une fois qu’il a dévoré le rongeur deviennent des vers adultes, qui colonisent ses intestins.

Il évacue plus tard les œufs par les selles, qui seront déposés dans la végétation et absorbés à nouveau par d’autres rongeurs. Ce sont les œufs qui sont nocifs pour l’homme. La contamination se produit généralement parce qu’il les ingère sans s’en rendre compte, soit lorsqu’un chat lèche ses mains ou son visage (car n’oublions pas que la langue du petit félidé lui sert aussi à faire sa toilette), soit en le caressant sans se laver les mains ensuite. 

Mais aussi en manipulant des excréments d’animaux, un cadavre de renard, en jardinant sans porter de gants ou en mangeant des baies sauvages souillées, sans les avoir lavées, le risque de contamination est imminent.

Il faut garder en mémoire que les œufs d’échinocoque sont très résistants au froid, et peuvent survivre au gel pendant plus d’un an. La congélation ne les détruira donc pas. La seule solution efficace pour les tuer est la cuisson des aliments.

Quels sont les symptômes de l’échinococcose ?

Chez le chat

Le chat est porteur sain de l’échinococcose. Donc la plupart du temps, l’absorption du parasite n’aura pas de conséquences graves pour lui. Cependant il faut s’alarmer en cas de diarrhée ou de perte de poids, car cela signifie qu’il est très infesté.

Il est difficile de déceler à l’œil nu les vers dans les selles du chat. D’une part, parce qu’ils ne mesurent que deux à trois millimètres, et d’autre part parce que le chat ne les évacue de façon irrégulière. Mais dans tous les cas, la santé de l’animal n’est pas en danger.

Chez l’homme

C’est pour l’homme que cette maladie est terrible. Le problème est de la détecter. En effet, elle peut être asymptomatique durant une longue période, étalée sur plusieurs années (cinq à quinze ans). Lorsqu’il y a des symptômes, ils sont similaires à ceux de pathologies plus communes. 

S’il y a eu ingestion d’échinocoques, une fois l’incubation terminée, les œufs vont éclore dans l’organisme. Ils vont devenir larves, puis vers, qui envahiront le foie en créant un kyste ou une tumeur. L’infection se présente sous la forme d’une lésion alvéolée. Elle peut coloniser l’intégralité du foie, et aller jusqu’à engendrer des métastases au niveau pulmonaire et cérébral. Sans traitement, l’échinococcose entraine la mort chez l’homme.

Les remèdes contre l’échinococcose

Etant donné la gravité de l’échinococcose pour l’homme, les solutions préventives concernant votre animal de compagnie sont primordiales.

Le meilleur moyen de prévention est de vermifuger votre chat avec un produit contenant des molécules de praziquantel. A l’heure actuelle, ce sont les seules qui soient efficientes contre les vers d’échinocoque. Dans les zones non infestées, il est conseillé de vermifuger son chat quatre fois par an. Mais dans les zones endémiques (actuellement la Lorraine, la Franche-Comté, les Alpes, le Massif Central), l’idéal est de le traiter une fois par mois.

Le plus simple est de consulter votre vétérinaire. Que ce soit en prévention, ou parce que votre petit compagnon présente des symptômes alarmants, il saura vous prescrire les traitements adaptés. Diagnostiquer l’échinococcose chez un chat n’est pas facile. D’une part, parce qu’il est quasiment impossible de déceler à l’œil nu les vers dans les selles du chat. Ils ne mesurent que deux à trois millimètres, et le chat les évacue de façon très irrégulière. D’autre part, parce que le chat est porteur sain, et ne développe en général aucune pathologie.

Ce n’est que s’il est très infecté par les vers qu’il peut souffrir de diarrhées et se mettre à maigrir. Pour le maitre qui s’inquiète, la solution est là aussi de se rendre chez le vétérinaire. Celui-ci pratiquera un bilan sanguin pour identifier la présence d’anticorps dans l’organisme du félin.


L’échinococcose chez le chat est sans gravité, mais elle peut être mortelle pour vous. En prenant les précautions qui s’imposent, vous pourrez profiter sereinement de votre petit prédateur de compagnie. Consultez un vétérinaire pour qu’il prescrive le vermifuge adapté à votre animal. Donnez-lui son traitement au minimum quatre fois par an. Lavez vos mains après l’avoir caressé. Evitez de déposer les excréments de votre animal dans le compost. Et ne les jetez surtout pas dans les toilettes, car les œufs d'échinocoque sont très résistants. Alimentez correctement votre animal, pour booster son système immunitaire. En faisant ces petits efforts, vous ferez d’une pierre deux coups : vous prendrez soin de la santé de votre chat et de la vôtre en même temps.

Politique de cookies
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos achats sur notre site, améliorer votre expérience utilisateur, la diffusion de publicités personnalisées, les statistiques pour comprendre comment nos clients utilisent nos services. Des partenaires de confiance ont également recours à ces outils dans le cadre de notre affichage d’annonces. À tout moment, vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies accessibles depuis Votre Compte. .
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos... Lire la suite
Paramétrer vos choix J'accepte Continuer sans accepter