Je veux une tortue d'eau !


tortue d'eauIl existe environ une cinquantaine de variétés de tortues d’eau et elles plaisent énormément surtout parce quelles ne coûtent pas cher du tout.
Parmi les tortues d’eau les plus répandues, on peut citer la tortue de Floride, la tortue peinte mais aussi la Chélodine de Siebenrock, la Chinémyde de Reeves, l’Emyde caspienne occidentale, l’Emydure à ventre rouge, la Pélomeduse roussâtre, la Péluse de
Schweigger et la Tortue boîte de Malaisie.

La plupart des tortues aquatiques ont une taille qui ne dépassent jamais les 30 centimètres et ont, hélas, une espérance de vie plus courtes que leurs congénères terrestres, à savoir entre 10 et 30 ans selon l’espèce.



Législation


 




En effet, la tortue d’eau est soumise à une législation drastique. Alors qu’il y a 30 ou 40 ans, détenir une tortue d’eau était chose aisée parce qu’elles étaient vendues en grande quantité dans les animaleries et autres foires, aujourd’hui, leur détention et leur commerce sont extrêmement surveillés et réglementés.
La plupart des tortues, notamment terrestres, sont protégées par un arrêté de novembre 2007 qui fixe la liste des amphibiens et reptiles protégés sur l’ensemble du territoire français et sur les différentes modalités de protection.
Durant des années, les animaleries ont vendu des tortues d’eau par milliers car elles étaient achetées à bas prix et ces professionnels ont très mal conseillé les acheteurs, ce qui amène à une méconnaissance totale de leurs besoins, de leur habitat, de leur alimentation en pensant qu’elles avaient les mêmes besoins qu’une tortue terrestre ou tout autre reptile.
Par conséquent, les tortues d’eau furent relâchées massivement dans les cours d’eau entrainant de graves catastrophes pour la faune et la flore.
Par exemple, la tortue d’eau de Floride est maintenant une menace pour l’écosystème car elle est très vorace et résistante, un vrai prédateur qui ne connaît pas d’ennemis.
Devant le danger potentiel que représente la tortue d’eau notamment, les différentes Directions des Services Sanitaires (DSV) ont décidé de réglementer la détention de ces animaux. Pour connaître ce qu’il en est, il est impératif de contacter la DSV de sa région qui saura conseiller, orienter le futur acquéreur de tortue aquatique.

Les différents besoins de la tortue d’eau


La tortue d’eau a besoin de pouvoir sortir entièrement de l’eau pour se chauffer, elle a dans ce sens besoin de chaleur et de rayons UV. La température de son eau doit avoisiner les 24 à 26 degrés. Lorsque la tortue sort de l’eau, il est important que le milieu sec, appel la « plage », ait une température supérieure de 5 degrés par rapport à celle de l’eau.
Il faut savoir qu’une jeune tortue d’eau de 4-5 cm peut atteindre près de 30 cm à l’âge adulte.
Au niveau comportemental, la tortue aquatique est solitaire et territoriale : il est donc conseillé de mettre un seul individu par aquarium, sans aucun autre animal.

Son habitat


L’habitat de la tortue d’eau s’appelle un aquaterrarium et comme son nom l’indique, il combine à la fois la fonction d’un aquarium et celui d’un terrarium. Il sera généralement fabriqué en plastique transparent ou en verre et l’on estime qu’une tortue nécessite 45 litres d’eau avec un niveau d’eau correspondant à au moins 2 fois la taille de sa carapace.
Le bocal, l’aquaterrarium peut être composé d’une plage de sable ou de gravier avec du liège.


aquaterrarium



Les dimensions idéales sont faciles à calculer puisque la longueur et la largeur de l'habitat doivent chacune faire 7 fois le total de la longueur du plastron d'une tortue adulte.
Le bac idéal est 80 cm de long x 40 cm de large x 50 cm de hauteur et jamais inférieur à cela. La hauteur d'eau doit être de 30 cm au minimum.
La distance entre la surface de l'eau et le sommet de l'aquarium ne sera jamais inférieure à 10 cm pour des juvéniles et jamais inférieure à 20 cm pour une adulte.

La température de l’eau, quant à elle, oscille entre 24 et 26 degrés.
Un filtre composé de gravier et de paille ainsi qu’une pompe peut être ajoutés aspirer et refouler correctement l’eau.
Il est conseillé de réaliser ou d’installer convenablement l’habitat 2 semaines avant l’acquisition de la tortue d’eau afin de permettre au filtre d’être opérationnel et que les bactéries contenues dans la paille puissent se développer.
L’ensemble de l’habitat doit être placé dans une zone à l'abri des courants d’air.


Habitat en extérieur


Il faut savoir que la plupart des tortues d’eau aiment passer une partie de l’année en extérieur : en effet, la plupart des espèces peuvent s’acclimater. Les piscines d’enfants font, pour cela, offices d’excellents bassins pour une maintenance extérieure. Il suffit ensuite d’aménager une île au centre, ainsi les tortues pourront aller se réchauffer et se sécher.
Pour ceux qui ont un coin d’eau comme un petit étang, cela est encore mieux : la profondeur du biotope doit seulement être au moins de 80 centimètres pour éviter le gel pour les tortues qui hibernent. Il faut ajouter quelques pierres, des grosses racines pour faire office de solariums.

En résumé, l’aquaterrarium doit être composé avec les éléments suivants, à savoir un système de chauffage pour la partie aquatique (1 Watt pour 2L d’eau), une plage pour sortir de l’eau facilement, un éclairage UV-B qui va l’aider à développer son métabolisme, une ampoule chauffante éventuellement si la température extérieure est trop faible et un système de filtration efficace car les tortues d’eau sont de grandes pollueuses.


chauffage aquaterrarium



Pour la bonne santé de la tortue aquatique, il est recommandé de l’emmener une fois par an chez un vétérinaire : ce professionnel saura conseiller sur sa reproduction, son hibernation, le dépistage de parasites.



Alimentation




Il faut savoir que les tortues aquatiques sont majoritairement omnivores, voire même carnivores. Il est vivement recommandé de leur donner alors du poisson cru entier, des crevettes avec la carapace, des mollusques, des lentilles d’eau, des plantes aquatiques et même de la salade très bien lavée.


Des os de seiche peuvent être octroyés s’ils sont broyés et saupoudrés sur la nourriture pour un apport en calcium indispensable.
Pour compléter le régime alimentaire de la tortue d’eau, des granulés spécifiques peuvent être ajoutés.


nourriture tortue aquatique


Toute la nourriture doit être distribuée en petite quantité et sur la partie émergée du bac afin d’éviter de souiller l’eau.


Cette alimentation peut évidemment être complétée à l’occasion avec des petits poissons en laissant les arêtes, des petits escargots, de la viande blanche mais aussi du foie pour un apport en vitamine A.


escargots eau douce



La digestion des tortues est un long processus et c'est pourquoi la présence d'une source de chaleur donne à la tortue l'opportunité de se reposer et de digérer convenablement. Afin que leur organisme digère dans de bonnes conditions, les tortues aquatiques doivent donc avoir la possibilité de rester à un endroit chaud, sec et lumineux.

La nourriture doit être donnée une seule fois par jour avec une quantité aussi importante que le volume de la tête de la tortue.
Si la tortue a un peu d’embonpoint, il peut être prescrit quelques jours de jeun.


Hibernation


La durée d'hibernation est de 2 mois la première année, de 4 à 6 mois l'année suivante. Il est vivement recommandé de faire hiberner les tortues à partir d'une taille de 8 à 10 cm environ.

Il faut toutefois bien surveiller l'état de santé des tortues pendant cette période : en effet, au moindre signe de maladie comme des yeux gonflés, un écoulement nasal, etc, il est impératif d'augmenter la température progressivement pendant 3 semaines.


 


Le matériel


Avoir une tortue d’eau nécessite une installation de base.

Comme cité précédemment, un bac est obligatoire. Il est conseillé de l’acheter assez grand pour éviter d’en acheter un second dans les années qui suivront. De plus, la tortue se sentira moins stressée si elle n’a pas à changer d’environnement.
Ensuite, il faut une plage, si possible flottante, ce qui permet à la tortue de bénéficier de plus d’espace pour la nage et ses déplacements.
Un éclairage approprié est nécessaire également : avec une lampe UVB (indice entre 8 et 10) et une lampe chauffante, la croissance et le développement du métabolisme de la tortue se feront dans de bonnes conditions.


ampoule UVB


De plus, il faut penser à chauffer la plage avec 5 degrés supplémentaires par rapport à la température de l’eau.
Un filtre externe peut être utile avec un début par heure de minimum 4 à 5 fois le volume d’eau contenu dans le bac. Un thermoplongeur (ou chauffage d’aquarium) est utile pour réguler la température de l’eau et un autre thermomètre pour l’air.



Observation pour la santé


 




Certains symptômes peuvent alerter sur l’état de santé de la tortue d’eau et ainsi anticiper pour y faire face.
Parmi les symptômes les plus courants, on peut citer le manque de dynamisme, la perte d’appétit, une démarche désynchronisée, une respiration bruyante ou sifflante, des diarrhées, une constipation, l’enfoncement des globes oculaires mais aussi des paupières gonflées ou larmoyantes, la présence de tâches rouges sous les écailles


Conclusion


Bien que les tortues aient une longue espérance de vie en moyenne, elles demeurent de animaux fragiles et il faut prêter une grande attention pour les élever.
Il faut très bien réfléchir à son biotope et à son climat d'origine et adapter l'installation en conséquence.
L'important également est de ne pas mélanger les espèces ni de ne pas surpeupler pas les aquaterrariums.

Vous aimerez aussi

Reptiles

Préparer l'hibernation de sa tortue terrestre en intérieur

L'hibernation est une étape cruciale pour les tortues. Il faut préparer le nid et le métabolisme de sa petite protégée pour garantir sa survie.

Reptiles

Comment aménager un terrarium pour mon gecko léopard ?

Le gecko léopard est l’un des lézards les plus populaires car il est facile à élever et possède un tempérament facile à vivre pour ses propriétaires.

Reptiles

Les serpents en France

Bien que l’aspect d’un serpent ne suscite pas l’enthousiasme, c’est un animal qui est protégé en France. Les espèces présentes sur le territoire appartiennent à deux catégories : la couleuvre et la vipère.