Filtres actifs :
Effacer les filtres
Trier Fermer

La toux de chenil : causes, symptômes et traitement

La toux de chenil est une maladie infectieuse du poumon chez les chiens, appelée également trachéobronchite infectieuse qui se manifeste généralement par de fortes toux. Cette pathologie est très contagieuse et se transmet rapidement, surtout en chenil, en refuge, en pensions canines, chez les propriétaires de plusieurs chiens de chasse, ou encore dans les concours ou les compétitions sportives canines.
Étant donné sa vitesse de propagation, cette infection revient fréquemment chez les canidés. Son éradication complète s’avère impossible, surtout que plusieurs agents pathogènes sont en cause. En revanche, elle se soigne très bien, notamment pour les sujets vaccinés régulièrement en prévention des formes graves et des complications.

La toux de chenil : causes, symptômes et traitement

La Toux de chenil : les causes de contamination

Les origines

Plusieurs agents pathogènes peuvent causer la toux de chenil, comme le virus Bordetella bronchiseptica, les bactéries Parainfluenza canin (CPIV), l'adénovirus canin du type 2 (CAV-2), et bien d'autres encore comme le Mycoplame, les pasteurelles et les coronavirus respiratoires.

Un seul de ces agents peut entraîner la maladie, or le plus souvent, plusieurs d’entre eux sont présents en même temps. Une fois l’infection développée, d'autres agents pathogènes parasites peuvent aggraver l'état du chien.

Le mode de propagation

Le niveau d'alerte concernant la propagation de cette affection respiratoire est dans le rouge puisque la contamination peut se faire par l'air ou par contact direct rien, qu'en toussant ou en éternuant. Le léchage du museau d’un sujet sain par un animal infecté suffit pour transmettre cette pathologie. Les objets souillés par des canidés affectés peuvent également propager le virus sur une durée allant jusqu'à plusieurs heures après la contamination.

Les plus vulnérables à cette affection pathologique sont les séniors et les chiens déjà malades ou en convalescence. Toutefois, les chiots et les juniors sont les plus touchés, surtout ceux qui vivent en collectivité, chez des éleveurs professionnels par exemple.

Les symptômes de la toux de chenil et le diagnostic

Les signes inquiétants

Généralement, le temps d'incubation de la toux de chenil est de quelques jours, une semaine en moyenne. Bien avant l’apparition des premiers symptômes, l’animal est déjà hautement contagieux.

Les toux sèches sont les premiers signes avant-coureurs qui doivent alerter les propriétaires, notamment quand le sujet tente de régurgiter sans que quelque chose ne sorte. Ces indications peuvent s’accompagner d’une baisse d'appétit.

Des écoulements au niveau du museau et des yeux sont également fréquents, des éternuements quelques fois. Un grand état de fatigue s'installe et des essoufflements se manifestent à chaque sortie.

Si l'état du chien s'aggrave, peuvent s'ajouter à ces symptômes, des problèmes respiratoires aigus, de la fièvre, et même de l'anémie.

En cas d’infection légère, les signes peuvent perdurer pendant environ 10 jours. Si jamais aucune amélioration n'est constatée, le mieux est de se rendre rapidement dans une clinique vétérinaire. Le rétablissement complet des canidés varie de 2 à 6 semaines selon leur état et leur âge au début du traitement.

L’isolement des chiens malades est de rigueur pour limiter la propagation du virus pendant le traitement.

Le diagnostic vétérinaire

Bien que tous les symptômes cités précédemment soient de bons indicateurs de l’infestation du sujet par la toux de chenil, consulter un vétérinaire est la bonne disposition à prendre. À retenir que plusieurs maladies canines peuvent présenter les mêmes symptômes, raison pour laquelle l’avis d’un spécialiste est nécessaire pour que le traitement préconisé soit adapté.

Cette pathologie est connue pour être bénigne, alors les propriétaires ne s'inquiètent pas trop. Un temps précieux pour apporter des soins appropriés est perdu si jamais il s'agit d'une maladie plus grave, mais que le diagnostic était faux. À la clinique vétérinaire, l'auscultation peut comprendre une analyse de sang, et une radiographie en cas de problème respiratoire grave.

Les remèdes contre la toux de chenil

Le traitement médical

Dans la plupart des cas, la toux de chenil est bénigne et disparaît d'elle-même. La prudence est de mise pour les propriétaires dont le chien est souvent en contact avec d'autres canidés, à cause du haut niveau de contagion, avant et après la manifestation des symptômes.

Au moindre signe d'inquiétude, le propriétaire doit toujours demander des conseils à son vétérinaire. Il est recommandé de ne pas donner des médicaments destinés à des humains à son chien. Bien que la toux de chenil puisse se guérir d'elle-même en quelques jours et se manifeste généralement par des toux, il est très facile de la confondre avec d'autres maladies ayant les mêmes symptômes, comme le collapsus trachéal, une maladie dégénérative qui affecte les canidés, l’intolérance au tabagisme passif, la pollution de l'air, les problèmes fongiques, les malformations au niveau du cœur ou des poumons. Seule la consultation d’un vétérinaire permet d’établir un diagnostic précis pour un traitement convenable.

Si la prise en charge est rapide, les risques de complications peuvent être diminués. Le traitement prescrit dépend de la forme de l’affection respiratoire, un simple antitussif avec beaucoup de repos peut suffire, mais des antibiotiques peuvent être ajoutés selon l’animal malade et l’évolution de l’infection.

Dans le pire des cas, le propriétaire doit envisager des analyses sanguines et des radiographies de poumon, voire même une hospitalisation, surtout si le sujet est mis sous un masque à oxygène.

Les solutions préventives

Le miel cru et l'huile de coco aide les poumons et soulage la gorge. Leur faire boire des tisanes ou des infusions à base de réglisse ou de sauge favorise le rétablissement rapide. Quelques gouttes d’huiles essentielles versées dans des diffuseurs ou des humidificateurs apaisent les problèmes respiratoires.

D'un point de vue médical, la meilleure solution préventive qui existe actuellement est la vaccination, à partir de la 4ème semaine des chiots. Elle peut se faire par injection ou par voie intranasale. La première est surtout préconisée pour les chiots.

La vaccination est obligatoire pour les chiens qui séjournent en chenil étant donné le caractère hautement contagieux de cette maladie. Cette mesure sert à la fois à protéger l’animal, mais également les autres pensionnaires susceptibles d'entrer en contact avec lui. Le vaccin contre la toux de chenil est généralement associé au vaccin contre la parvovirose et la maladie de Carré. Le propriétaire doit retenir que le rappel est obligatoire pour une meilleure protection.

Les maîtres d'animaux doivent rester attentifs à la santé de leur compagnon en faisant régulièrement des visites de routine chez le vétérinaire. Plus l'animal prend de l'âge, plus ces visites doivent être fréquentes et routinières, pareillement pour les sujets ayant été gravement malades par le passé. Les informations qui circulent dans le voisinage permettent aussi d’être au courant d’une éventuelle contagion. Dans de telle situation, les consignes de confinement sont de rigueur pour ne pas exposer son petit compagnon à cette affection respiratoire.

Mise en garde ! Une toux de chenil mal soignée peut très rapidement virer vers des complications pulmonaires pouvant entraîner le décès de l'animal. Ce cas est rare, mais pas impossible pour les sujets qui ont une faible constitution, comme les chiots qui viennent d'être sevrés, ou les chiens malades ou trop vieux.


Bénigne soit-elle, la toux de chenil peut présenter des formes graves qui se manifestent selon l'état de santé physique et le stress du chien. Un check-up de l'état de santé général de votre compagnon est fortement conseillé, au moins une fois par an pour limiter les complications. Le vaccin est également recommandé, surtout pour les canidés qui ont l'habitude de sortir ou qui ont une vie sociale active, comme ceux qui participent à des concours ou qui fréquentent assidument les parcs et les garderies.

Politique de cookies
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos achats sur notre site, améliorer votre expérience utilisateur, la diffusion de publicités personnalisées, les statistiques pour comprendre comment nos clients utilisent nos services. Des partenaires de confiance ont également recours à ces outils dans le cadre de notre affichage d’annonces. À tout moment, vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies accessibles depuis Votre Compte. .
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos... Lire la suite
Paramétrer vos choix J'accepte Continuer sans accepter