Filtres actifs :
Effacer les filtres
Trier Fermer

Reproduction du chien : Interview d'une experte en 10 questions


La team Zoomalia a recueilli une foule de questions sur la gestation d'une chienne, notamment sur la reproduction du chien. Afin de vous livrer des informations incontestables, on a rencontré Véronique Hubert, une éleveuse professionnelle passionnée et formatrice agricole certifiée qui lève le voile sur le sujet de la reproduction chez le chien ou le chat.
Vous apprendrez les bonnes pratiques, les démarches à accomplir, les réflexions à mener, les formations à suivre, dans le plus grand respect de l'animal et le cadre stricte de la loi. Nos experts vous recommandent la stérilisation ou la castration de votre animal de compagnie, en suivant l'avis de votre vétérinaire, si vous ne souhaitez ou ne pouvez pas gérer l'accueil de chiots ou de chatons à votre domicile.

Reproduction du chien : Interview d'une experte en 10 questions

1. Véronique, quel est votre rôle en tant qu’éleveuse canine et formatrice ? Pourquoi ce choix professionnel polyvalent ?

Bonjour, je suis Véronique HUBERT. J'ai débuté l'élevage en 1990, quand est née ma toute première portée de chiens Berger Shetland. J'ai toujours travaillé à temps plein à côté de l'élevage, par éthique et conviction personnelle, mais aussi parce que j'ai toujours fait le choix d'une petite production.

Et bien évidemment, même si le nombre de chiens augmentait, le nombre de portées restait stable et les moyens financiers pour entretenir tout ce petit monde devenaient plus importants.

Je suis devenue formatrice seulement en 2018, par hasard, en trouvant un article qui parlait de cette activité sur Google alors que je cherchais autre chose ! C'était quelques mois avant ma démission de la Fonction Publique. 

En 2021, j'ai obtenu pour mon organisme de formation la certification QUALIOPI, gage de qualité de la part de l'État. Ma toute première formation a été choisie en prenant en compte l'ensemble de mes compétences :

  • tout l'administratif grâce à mes 26 années d'expérience comme fonctionnaire de l'État ;
  • la fiscalité grâce à mon métier de comptable ;
  • l'élevage grâce à mon activité d'éleveur de chiens de sélection pendant 30 ans et donc je pense, d'excellentes connaissances du milieu.
Reproduction du chien : Interview de Véronique Hubert, éleveuse et formatrice
Crédit photo : Véronique Hubert

2. À qui s'adressent les formations animalières que vous proposez ? Quelles sont-elles ?

En 2018, j'ai créé une première formation unique de création d'entreprise agricole qui répondait (elle est très plébiscitée aujourd'hui) aux questions essentielles et spécialisées du domaine administratif, fiscal, sanitaire et juridique en élevage canin et félin.

Cette formation, aujourd'hui, s'adresse à tous ceux qui souhaitent lancer et/ou développer une activité en lien avec le chien ou le chat. Cela concerne aussi bien les éleveurs que les toiletteurs, les éducateurs, les transporteurs, les gérants de pension ou n'importe quelle autre des 60 possibilités qu'offre l'animal de compagnie.

En préparation, plusieurs formations aussi bien sur la génétique que la création de site internet ou le conseil. Beaucoup de projets ! Une mention spéciale aux personnes en situation de HANDICAP (reconnu ou non) dont le nombre est très important dans le monde agricole et pour lesquelles nous sommes très vigilants quant à l'accessibilité de nos formations à ces profils fragiles.

3. Comment devenir éleveur canins ou félins ?

Pour devenir éleveur canin ou félin, il y a d'abord des obligations. La toute première étant d'obtenir l'Attestation de Connaissances pour les Animaux de Compagnie d'Espèces Domestiques (ACACED), sésame obligatoire pour avoir le droit d'exercer une activité en lien avec les animaux de compagnie, que ce soit l'élevage, le transport d'animaux, l'éducation canine, le comportementaliste, la garde à domicile, etc. Bien entendu, cet examen n'est pas suffisant pour apprendre un métier, quel qu'il soit !

Il faut aussi un profil qui correspond à l'activité : tout le monde peut décider de créer un élevage, mais il est certain qu'il faut d'abord aimer profondément les animaux de compagnie et très souvent, la passion est là depuis longtemps, prenant sa source dans l'enfance. On ne se réveille pas un beau matin en se disant :"Tiens, je vais vendre des chiens ou des chats demain !" Il faut également être rigoureux, sérieux dans ses objectifs, avoir un minimum d'éthique et une énorme conscience du bien-être animal, des conditions à respecter ! 

En effet, aujourd'hui l'élevage de chiens et chats est régi par des lois fiscales, sociales, sanitaires et juridiques importantes. Entre autres, il ne suffit pas de mettre un mâle et une femelle ensemble en s'imaginant que la saillie puis la mise bas vont se dérouler sans accroc.

Tous les éleveurs ayant un peu d'expérience diront qu'ils ont eu au moins une fois, durant leur parcours, une saillie nécessitant une insémination artificielle parce que la femelle ne se laisse pas faire, une césarienne, des chiots ou chatons morts avant ou après naissance, sans oublier la loi qui protège les acheteurs sur les vices rédhibitoires et qu'il faut donc dédommager, parce que juridiquement ils sont dans leurs droits. Notamment celui, très courant de la dysplasie chez le chien (et pour laquelle il faut compter plusieurs milliers d'euros pour opérer).

Reproduction du chien : Brett 15 mois
Brett 15 mois
Reproduction du chien : Bridget 4 ans
BRIDGET 4 ANS
Reproduction du chien : Doug 4 ans
doug 4 ans

4. Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de se lancer dans l’élevage canin ou félin ?

  • Ai-je besoin d'un SIRET ou pas ? Il peut y avoir des impossibilités selon le statut professionnel, le lieu d'exercice, le statut de locataire ou de propriétaire, etc. ;
  • Si j'ai choisi de prendre un SIRET, quel régime fiscal, quel statut MSA, quel régime de TVA, quel statut d'entreprise sont les meilleurs pour moi ?
  • Vais-je avoir besoin de construire des installations extérieures obligatoires ou non ? En fonction de l'espèce élevée, du nombre d'animaux présents et à venir, du nombre de femelles reproductrices, de portées, etc. ;
  • Quelles sont les autres obligations administratives obligatoires ? Qu'en est-il du compte bancaire, des assurances ? 
  • Quel est mon projet ? Une ou plusieurs activités ? Emploi salarié à côté ou non ? Besoin d'un prêt bancaire ou non ?
  • Si je suis détenteur d'allocations (APL, Pôle Emploi, AAH...) que deviennent-elles lorsque j'aurai un SIRET ?

En clair, les formalités d'immatriculation (SIRET) sont la dernière étape de création d'un élevage canin ou félin. Avant cela, il est primordial d'avoir les réponses à toutes ces questions !

5. Quelles sont les obligations d’un éleveur professionnel ? Comment reconnaître un bon éleveur professionnel ?

Les obligations d'un éleveur professionnel ne se limitent pas à obtenir un SIRET pour déposer des annonces sur Le Bon Coin ou une page Facebook. Mais au minimum l'ACACED, une distance de voisinage d'au moins 50 m ou 100 m du premier voisin, parfois plus selon les départements (notamment s'il a une activité de pension canine). 

Un bon éleveur ? Professionnel ou dérogataire, peu importe. Ce n'est pas le statut qui compte, mais son éthique, ses convictions profondes, la ligne de conduite qu'il appliquera pour élever. Il doit faire en sorte que ses animaux soient détenus et élevés dans les meilleures conditions possibles sur le plan des lieux, de la santé, du caractère.

S'il produit des chiens ou chats au LOF/LOOF, il doit connaître parfaitement le Standard de la race et la généalogie de ses reproducteurs pour savoir où il va dans les prochaines années, et comment il doit orienter sa sélection pour apporter les améliorations nécessaires à la qualité de son cheptel et éradiquer les défauts de type et anomalies de santé auxquels il pourra être confronté.

En résumé, un bon éleveur est une personne qui RESPECTE avant tout ses animaux.

6. Quelles sont les devoirs d’un particulier à l’égard de sa chienne/chatte gestante ? Quels sont les risques encourus pour le maître et son chien/chat reproducteur ?

Un particulier doit vérifier que la portée qu'il va avoir sera bien au LOF/LOOF pour ne pas avoir à s'immatriculer obligatoirement avec SIRET, comme le stipule la réglementation de 2016. Ces démarches doivent avoir été effectuées bien avant la saillie évidemment ! Dès que l'on sait qu'une femelle est gestante, il faut prendre certaines précautions dont les plus essentielles sont :

  • Choisir un vétérinaire qui s'y connaisse en reproduction, même si ce n'est pas le vétérinaire habituel et qu'il n'est pas tout près ;
  • Avoir tout le matériel nécessaire à disposition et qui peut servir pour la mise bas ;
  • Prévoir quelques jours de congés dans la dernière semaine jusqu'à la mise bas pour être présent et pouvoir intervenir en cas de souci. Attention, les mises bas se déclenchent très souvent le soir, voire la nuit !
  • Trouver et installer un "nid" dans un lieu calme et isolé des autres animaux, si possible pas loin de vous ;
  • Nourrir la femelle gestante avec des aliments riches et équilibrés, mais ne pas la faire devenir obèse, sous prétexte qu'elle est pleine (plusieurs repas journaliers sont souvent recommandés afin que le transit intestinal se passe au mieux) ;
  • Éviter, voire proscrire tout vaccin, vermifuge ou médicament pendant la gestation ;
  • Surveiller régulièrement sa température (toutes les semaines) pour détecter une infection éventuelle ;
  • Pratiquer un exercice régulier si c'est une chienne : la gestation n'est pas une maladie ! Donc l'exercice permet de détendre la chienne physiquement et mentalement, il faut juste veiller à adapter l'exercice à son état.

Durant une gestation, tout peut arriver :

  • Un avortement spontané (arrêt de la gestation avant terme) ;
  • Un accident provoqué par une bagarre quelconque ;
  • La mère qui se sauve alors qu'elle est pleine ;
  • Une contagion sur la mère et/ou des petits par des virus comme l'herpès, mais aussi des germes/bactéries comme l'E.Coli, les mycoplasmes et tout ce qui peut entraîner des désordres hormonaux. Tout ceci peut affecter le mâle également lors de saillies extérieures par exemple (c'est-à-dire de femelles qui ne sont pas à l'élevage).

7. Que dit la législation sur la reproduction et la vente de chiots et chatons ? Peut-on donner ou vendre un chiot ou un chaton à un particulier ?

Depuis 2000, la loi sur les vices rédhibitoires s'applique pour tout achat d'un chien ou d'un chat chez celui qui fait naître cette portée, que ce soit chez un particulier, ou chez un professionnel.

Pour le chat, il y a 4 maladies :

  • La leucopénie féline (ou typhus ou panleucopénie) ;
  • La péritonite infectieuse féline (PIF) ;
  • L'infection par le virus leucémogène félin (FeLV) ;
  • L'infestation par le virus de l'immuno-dépression féline (FIV).

Pour le chien, il y a 6 maladies :

  • La maladie de Carré ;
  •  L'hépatite de Rubarth aussi appelée hépatite contagieuse ;
  • La parvovirose canine ;
  • La dysplasie de la hanche aussi appelée dysplasie coxo-fémorale ;
  • L'ectopie testiculaire (pour les animaux de plus de 6 mois) ;
  • L'atrophie rétinienne.
Reproduction du chien : élevage de chiots
Crédit photo : Véronique Hubert

IMPORTANT ! On peut tout à fait vendre un chiot/chaton à un particulier ! Je dirais même que 95 à 100 % de la production d'un éleveur partent chez des particuliers ! Hormis la loi de 2016, il n'y a rien de spécifique.

Depuis la loi de janvier 2016, l'éleveur ne peut VENDRE qu'UNE portée par an de chiens ou de chats (pas une de chaque !) et à condition que celle-ci soit enregistrée au LOF/LOOF sans obligation de faire une demande de SIRET. Cet éleveur est appelé DÉROGATAIRE.

Si la portée est SANS LOF/LOOF ou si l'éleveur VEND au moins 2 PORTÉES dans l'année, le SIRET est obligatoire.

Dans les DEUX cas, les revenus générés par ces ventes doivent être DÉCLARÉS AUX IMPÔTS, et les CONDITIONS SANITAIRES réglementaires doivent être respectées, elles concernent TOUS les éleveurs, qu'ils soient professionnels ou dérogataires.

8. Comment bien accompagner la gestation de sa chienne/chatte de la reproduction à la naissance des chiots/chatons ?

Une chose est claire : une gestation n'est pas une maladie ! Cela veut dire qu'il n'est pas nécessaire de rester à surveiller la chienne ou la chatte du début à la fin de la gestation, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. Mais il faut préparer la mise bas pour qu'elle se passe dans les meilleures conditions possibles.

TROUSSE À PHARMACIE : 

  • Serviettes et chiffons très propres ;
  • Ciseaux désinfectés ;
  • Mouche-bébé (servant à désencombrer les bronches des bébés dans les premières minutes après la naissance) ; 
  • Gants stériles ;
  • Compresses ;
  • Wombyl (produit homéopathique servant principalement à accélérer les contractions entre chaque chiot/chaton, évitant ainsi d'éterniser une mise bas et de fatiguer la mère) ;
  • Bétadine (produit désinfectant courant) ;
  • Alèses ;
  • Balance (pour peser les bébés à la naissance, puis au courant des semaines qui suivent afin d'en surveiller la bonne croissance) ;
  • Thermomètre.

AVANT LA MISE BAS :

  • Préparer le nid et l'endroit où la mise bas aura lieu (ce n'est pas forcément le même) sachant que la chienne/chatte restera avec ses chiots/chatons ;
  • Contacter le vétérinaire de garde pour qu'il soit prêt au cas où ;
  • S'arranger pour être là, car le travail peut se déclencher n'importe quand, à plus ou moins 2 à 5 jours ! 
  • Surveiller les signes d'agitation et d'inquiétude qui précèdent la mise bas (en particulier des envies pressantes et fréquentes de sortir et rentrer, et de très légers tremblements au niveau des oreilles et des pattes avant) ;
  • Relever la température toutes les 4 ou 5 h dans les derniers jours (pour ceux qui savent faire).

Prenez un bon bouquin ou un bon film Netflix parce que les mises bas ne durent pas 5 minutes, mais bien plusieurs heures voire plus longtemps !

PENDANT/APRÈS LA MISE BAS : 

  • Surveiller que tous les petits sont au chaud et tètent régulièrement, que la mère ne stresse pas ;
  • Faire le travail si possible : couper les cordons, crever les poches, sécher les petits et les mettre sous la mère pour la soulager ;
  • Biberonner éventuellement les plus faibles ou si la portée est en surnombre à heures très régulières (toutes les 30 min dans certains cas !) ;
  • Veiller à ce qu'il y ait une chaleur constante (préférer le tapis chauffant à la lampe infrarouge). Si la lampe est utilisée, attention à ce qu'elle ne soit pas trop basse, elle peut brûler les petits ou au mieux, provoquer leur déshydratation ! Dans ce cas, il vaut mieux la mettre sur le côté du nid pour qu'elle assure une chaleur douce sans risque ;
  • Ne pas tripoter les chiots ou les chatons non stop ! Ce sont des êtres vivants qui ont besoin de leur mère qui peut d'ailleurs stresser en voyant votre manège et cesser de s'en occuper ! 
  • Laisser de la nourriture et de l'eau fraîche à volonté  ;
  • Si c'est une chienne, la sortir régulièrement à l'extérieur (jardin ou autre) ;
Reproduction du chien : portée de chiots
Crédit photo : Véronique Hubert

À RETENIR ! Évidemment, on ne regarde pas les bébés avec des dollars dans les yeux ! D'abord parce que vous pouvez perdre la moitié ou la totalité de la portée en quelques jours, ensuite parce qu'on ne fait pas une portée pour arrondir ses fins de mois, le coût financier pouvant être beaucoup plus important que ce que vous pensiez.

Prenez le temps de choisir les adoptants afin de ne pas retrouver vos chiots ou chatons entre de mauvaises mains ou pire à la SPA ! Légalement, si vous souhaitez que l'animal soit stérilisé, vous ne pouvez pas exiger que le propriétaire le fasse, donc soit vous le faites vous-même AVANT le départ, soit vous ne le faites pas.

Ne laissez partir aucun de vos bébés sans que le PAIEMENT COMPLET ait été effectué par l'adoptant ! On voit encore trop souvent des éleveurs avoir des chèques impayés, y compris de faux chèques de banque !

Bien sûr, une fois que vous avez vérifié que tout va bien, il ne vous est pas interdit de gagatiser et de rester en admiration pendant des heures devant votre progéniture ! Vous avez le droit d'être fier de vous ;) Hihihi !

9. Comment déclarer une portée au LOOF ? Comment vendre son animal légalement ?

Pour tous les chiots/chatons qui sont proposés à la vente, qu'ils soient LOF/ LOOF ou pas, les documents obligatoires sont :

  • L'acte de cession, que l'animal soit vendu ou donné !
  • Le carnet de vaccination ou passeport (pas obligatoire, sauf pour les chiens de catégorie ou ceux qui doivent quitter le territoire national), mais fortement recommandé au vu des garanties des vices rédhibitoires liés à la contagion de certaines maladies virulentes ;
  • Une attestation de l'identification de l'animal : puce électronique ou tatouage ;
  • Le livret d'accompagnement et une facture si l'éleveur est professionnel ;
  • Si l'animal est au LOF/LOOF, le vendeur doit remettre le certificat de naissance (chien) ou le pedigree (chat).

À partir du 1er octobre 2022, un certificat de connaissance contenant un certain nombre de mentions (selon le texte de loi Légifrance), délivré par le vendeur et qui devra être signé par l'acheteur s'il s'agit de l'acquisition d'un chien ou d'un chat POUR LA PREMIÈRE FOIS.

ATTENTION ! Légalement, il est INTERDIT de garder l'un ou l'autre de ces documents si le vendeur les a à sa disposition, ils font partie de la cession ! La rétention de documents est passible d'amende, voire d'autres sanctions s'il est prouvé que l'éleveur est coutumier du fait.

10. Comment reconnaître et dénoncer les abus dans certains élevages ?

Avant de dénoncer qui que ce soit, il faut vérifier que l'on possède des preuves tangibles de ce que l'on veut avancer. Ça veut dire qu'on oublie : les dénonciations anonymes + les "on dit". Il est très difficile de reconnaître et dénoncer des abus en élevage, pour trois raisons principales :

  • les élevages non professionnels ne sont pas détectés par les instances officielles ;
  • les éleveurs "cachent" de plus en plus les conditions de vie de leurs animaux aux yeux des gens qui pourraient venir de l'extérieur ;
  • les dénonciations ne doivent pas être anonymes pour être prises en compte, donc, les délateurs ont peur que leur plainte puisse se retourner contre eux : l'administration fait peur.

Si on a des preuves de quelque chose qui met en lumière une vraie maltraitance animale, des conditions de vie qui entraînent des séquelles sur les animaux eux-mêmes par exemple, il faut contacter chaque instance du département concerné :

  • la DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations ;
  • la Mairie ;
  • La DGCCRF : Répression des Fraudes ;
  • les Associations de Protection Animale.

Encore une fois, beaucoup de dénonciations sont de l'ordre de la calomnie, suite à des différends ou des litiges avec la personne ! Donc, il faut être sûr de ce que l'on avance et surtout que cela aura un impact positif par la suite.


Vous savez tout sur la reproduction du chien et du chat, ce que dit la loi et ce que doit faire un éleveur dérogataire ou professionnel. Si le métier vous intéresse, découvrez le catalogue de formation de Véronique HUBERT - formatrice agricole Organisme de formation certifié QUALIOPI par la DREETS - sur son site www.asbe-chien-chat.com ou contactez-la par mail [email protected] pour plus de renseignements.

Articles connexes :
SOS Pet Sitter : Interview d’une professionnelle en 10 questions
Cause animale interview : 8 questions à Katia pour les animaux
Communiquer avec les Animaux : Interview en 10 questions

Politique de cookies
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos achats sur notre site, améliorer votre expérience utilisateur, la diffusion de publicités personnalisées, les statistiques pour comprendre comment nos clients utilisent nos services. Des partenaires de confiance ont également recours à ces outils dans le cadre de notre affichage d’annonces. À tout moment, vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies accessibles depuis Votre Compte. .
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos... Lire la suite
Paramétrer vos choix J'accepte Continuer sans accepter