Comment se reproduit le mouton, la brebis ?


Puberté et cycle


La brebis atteint la puberté à un âge variant entre 5 et 12 mois. Cet âge est variable selon la race mais également selon la saison de naissance de la brebis elle-même. Les jeunes brebis peuvent être accouplées lorsqu’elles ont atteint 70 % de leur poids adulte. Le cycle de la brebis est saisonnier, entre août et janvier. Il dure en moyenne 16 à 17 jours.


La brebis, l'agneau, l'accouplement et le mise bas


 Chaleurs, ovulation et accouplement


Les signes des chaleurs sont très discrets. Une brebis en chaleur recherchera la compagnie du mâle, lui permettra de la sentir, agitant souvent la queue afin de répandre son odeur. On peut également remarquer une légère congestion de la vulve. La brebis qui n’est pas en chaleur va quant à elle s’éloigner du bélier. L’ovulation se produit à la fin du cycle œstral. L’accouplement se produit idéalement 9 à 12h après la fin de l’œstrus (ou chaleurs). Lors de la plupart des saillies naturelles, le bélier accouplera la brebis plusieurs fois afin d’assurer une quantité suffisante de spermatozoïdes pour la fécondation. Dans un troupeau, un bélier suffit pour plusieurs brebis (entre 10 et 30).


Le bélier quant à lui, présente un comportement sexuel précis. Voici la séquence de comportements exprimés :  


bélier


Flairages ano génitaux: ils sont le premier contact direct entre la brebis et le bélier. Ils sont généralement de courte durée.  


"Le flehmen" consiste en une position debout, immobile du mâle, la tête en position horizontale, la nuque tendue et la lèvre supérieure retroussée. Ce phénomène n’est pas uniquement un comportement sexuel mais s’exprime plus intensément lors de la période de reproduction. La durée du flehmen varie de 10 secondes à une minute. 


Les sollicitations des femelles par les mâles, sont caractérisées par une approche avec la tête tournée sur le côté, des mouvements d'une patte antérieure et d'émissions sonores intenses. Ces approches sont répétées et provoquent une immobilisation de la femelle en oestrus et, au contraire, une fuite de la femelle non en chaleurs.  


Les chevauchements sont observés essentiellement quand les femelles sont immobiles. Leur durée et leur nombre avant l'accouplement dépend de différents paramètres comme l'efficacité et la motivation des mâles et la taille de la femelle par rapport au mâle. 


L'intromission et l'éjaculation sont de courte durée. L'éjaculation est associée, au moment de l'expulsion de la semence, d'un mouvement de rein vers l'avant et d'un mouvement de la tête vers l'arrière.  


La récupération post-copulatoire est aussi appelée période réfractaire. Sa durée est variable et dépend de la race, de l'individu et de sa motivation, mais aussi d'autres stimulations comme le changement de partenaire. Cette période réfractaire est caractérisée par une absence quasi totale de mouvement après l'éjaculation, qui peut être suivie par une prise alimentaire. 


Gestation


La gestation, quant à elle, dure environ 5 mois (148 jours). La durée de la gestation peut cependant être variable, en fonction de facteurs tels que la génétique, l’âge de la mère, le nombre et le sexe des fœtus… Les brebis ont fréquemment des portées de 1 ou 2 agneaux. Les portées de 3 agneaux ne sont cependant pas rares !


Mise-bas


La mise-bas de la brebis, également appelée agnelage, est précédée de signes avant-coureurs. Quelques jours avant l’agnelage, la vulve se modifie, elle est plus oedématiée et tuméfiée. De plus, les mamelles se développent, laissant parfois s’échapper du colostrum (=premier lait riche en protéines et anticorps). Des modifications de comportement existent également : les brebis allant mettre bas cherchent généralement à adopter des agneaux nouveau-nés d’autres brebis. L’agnelage se décompose classiquement en 3 phases : 


La première phase de travail, qui dure de 6 à 12h. Elle est composée de l’ensemble des phénomènes qui précèdent l’expulsion du / des fœtus, tels que la dilatation du col, les contractions utérines, etc… 


La seconde phase de travail correspond à l’expulsion du ou des fœtus, elle dure de 30 minutes à 1 heure. Les contractions s’intensifient, la première poche des eaux apparaît à la vulve et éclate. La tête de l’agneau progresse dans le bassin de la mère, puis les membres antérieurs, le thorax et enfin les membres postérieurs. 


Lors de la troisième phase du travail, les contractions utérines se poursuivent pendant 3 à 4 heures, permettant l’expulsion des enveloppes fœtales : c’est la délivrance.


Premiers instants du nouveau-né


Juste après la mise-bas, la mère entretient une relation exclusive avec ses agneaux. Ainsi, seuls les agneaux auxquels elles ont donné naissance peuvent téter, les autres sont violemment rejetés. Le comportement maternel s’installe dès la naissance : quelques instants après l’expulsion de l’agneau, la mère le lèche en émettant des bêlements sourds. Le léchage permet à la mère d’apprendre l’odeur de son petit, de stimuler sa respiration, de le sécher et de l’attirer vers elle. L’agneau se redresse rapidement, dans les 5 minutes après la naissance. Une vingtaine de minutes après sa mise au monde, il se tient debout et se dirige vers la mamelle. La rapidité de la première tétée constitue un facteur déterminant de la survie de l’agneau ; elle lui permet en effet d’ingérer des anticorps indispensables à son immunité.


agneau


Les soins à l’agneau


Les quelques instants après la naissance sont cruciaux, donc quelques précautions sont à prendre afin de garantir la bonne santé de l’agneau :


Dès la mise-bas, il faut s’assurer que l’agneau respire correctement. Si tel n’est pas le cas, il faut dégager les voies respiratoires et stimuler le réflexe de la respiration en chatouillant les naseaux ou en soufflant dans les narines du nouveau-né.


Le cordon ombilical doit être coupé à 5 cm du ventre et désinfecté avec de la teinture d’iode. En effet, c’est la porte ouverte à de nombreuses infections très graves s’il n’est pas nettoyé.


Il faut vérifier que l’agneau effectue bien la première tétée rapidement après sa naissance. Parfois, les mamelles de la brebis sont bouchées avec un peu de cire, il convient de les nettoyer pour faciliter la tétée du petit. Si l’agneau ne va pas vers la mère, ou que la mère le rejette, vous pouvez traire la brebis et donner ensuite le lait directement au petit.


agneau qui tète


Dans les premières heures de vie, l’agneau n’est pas capable de réguler sa température et est très sensible aux conditions climatiques. Il est important de le placer dans un endroit sec et chaud, et au besoin de l’enrouler dans une couverture.


Les soins à la mère


Si la mise-bas s’est bien déroulée, la mère ne nécessite pas de soins particuliers mais il faut surveiller son état de santé général. Elle ne doit pas être abattue et doit manger normalement. Il est important de surveiller l’expulsion du placenta et autres annexes fœtales. En cas de non-expulsion, ou si vous trouvez que la brebis n’a pas son comportement habituel, appelez votre vétérinaire.


Insémination artificielle


Il est également possible de ne pas réaliser d’accouplement avec un bélier mais d’utiliser une technique d’insémination artificielle. Les brebis sont inséminées une ou deux fois à l'aide de paillettes de sperme frais dilué, contenant environ 400 milliards de spermatozoïdes. Actuellement, le sperme frais dilué ne peut être conservé que quelques heures. Il est également possible d’utiliser du sperme congelé.


Synchronisation des chaleurs


Pour de raisons de gestion de la reproduction chez les brebis, on a parfois recours à des méthodes de synchronisation des chaleurs dont la principales est basée sur l'utilisation de progestagènes (molécules dérivées de la progestérone). Cette méthode comprend trois étapes:


la mise en place dans le vagin de la brebis d'une éponge en mousse de polyuréthanne imprégnée de progestérone,


l'injection intramusculaire d'une dose hormonale (PMSG) lors du retrait de l'éponge,


le contrôle de conditions de fécondation (saillies ou insémination artificielle)


La suite de la reproduction se déroule de manière identique à un accouplement naturel.  


Les produits dont vous pourriez-avoir besoin pour l'élevage des ovins :



  • Un détecteur de gestation des brebis

  • Un biberon pour agneau

  • Un seau multibiberons


 

Vous aimerez aussi

Ferme

Comment choisir le poulailler parfait pour vos poules ?

Avoir des poules chez soi est une véritable joie au quotidien mais avant de les accueillir, il faut leur offrir un habitat convenable qui correspond à leurs besoins.

Ferme

La reproduction des lapins d'élevage

Comment se déroule la reproduction chez les lapins d'élevage ? Découvrez tous les secrets de la reproduction chez les lapins d'élevage et faîtes vous aussi, des portées et de belles tribus de lapereaux !

Ferme

Comment nourrir mes lapins d'élevage ?

Comment nourrir mes lapins d'élevage ? Découvrez l'alimentation variée et complète, qui comble les besoins nutritionnels, pour bien nourrir mes lapins d'élevage !