Trier Fermer

ACTU : Sexage in ovo, la fin de l'élimination des poussins mâles

Dans son communiqué de presse du 19 juillet 2021, Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a annoncé mettre un terme au broyage et au gazage des poussins mâles d’ici 2022 grâce au sexage in ovo. La filière œufs et poules va connaître une nouveauté puisque celle-ci effectuait jusqu’à présent un tri sélectif des poussins nouveau-nés en écartant les mâles des femelles, destinés à un triste sort par rapport à leurs sœurs congénères vouées à incarner des poules pondeuses. Désormais, la sélection s’opère en amont alors que l'œuf est au stade embryonnaire, une moindre cruauté que d’éliminer un animal vivant depuis plusieurs heures. Le sexage dans l’oeuf ou ovosexage est l’ensemble des techniques qui permettent de détecter le sexe d’un embryon de poussin. Ainsi, la France rejoint sa voisine frontalière l’Allemagne, les seuls pays au monde à adopter cette nouvelle mesure au sein de l’Union européenne. Zoom sur notre dernière actualité !

ACTU : Sexage in ovo, la fin de l'élimination des poussins mâles

Sexage in ovo : Halte à la souffrance animale des volailles

Suite à un séminaire qui s’est déroulé cet été réunissant les principaux acteurs agricoles et alimentaires, le Ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture à Berlin, celui de France, les associations franco-allemandes de protection animale, les professionnels avicoles et experts techniques, un accord collectif vise l’interdiction de pratiques d’élevage douteuses et sans pitié pour les petits poussins.

Pour information, il faut savoir que dans une exploitation agricole de poules pondeuses, les poussins de sexe masculin sont éliminés de l’élevage pour garder uniquement les poussins femelles, des futures pondeuses. Cet abattage cruel des poussins mâles ou malformés tués dès leur éclosion par asphyxie au dioxyde de carbone ou broyage choque depuis longtemps les consommateurs et les défenseurs des animaux.

Alors que la France est le premier producteur européen d'œufs, il était temps que le pays se positionne favorablement à de meilleures méthodes, plus respectueuses envers l’animal. On recense chaque année 50 millions de poussins mâles broyés ou gazés, dits inutiles à la production d'œufs. Pourquoi ? La filière ponte estime qu’il n’est pas rentable de nourrir les poussins mâles restants. Selon les industriels, ces oisillons ne peuvent pas devenir non plus un poulet de chair en raison de leur croissance et leur carcasse caractérisées hors normes, d’où une double production d'œufs pour la ponte et pour la viande blanche de consommation. Même si les raisons économiques du procédé l’emportent largement jusque là, il est intolérable de fermer les yeux sur la souffrance des animaux d’élevage.

Quand la technologie améliore le sort des poussins

L’Allemagne a mis au point une innovation qui permet de déterminer le sexage des volailles à l’état embryonnaire et de répartir les œufs mâles des femelles. Les accouveurs devront s’équiper de nouveaux matériels afin de voir à l’intérieur de l’œuf le sexe du poussin sans qu’il est nécessaire de percer la coquille. Ensuite, le tri des œufs consiste à incuber les œufs femelles qui deviendront les poules pondeuses tant convoitées et à mettre de côté les œufs mâles pour nourrir les autres animaux de la ferme.

Cette opération d’ovosexage contribue nettement à l’amélioration des conditions de vie des petits poussins et respecte un commerce éthique important pour les citoyens.

Par ailleurs, l’investissement de machines “sexage in ovo” dans les couvoirs s’élève à 15 millions d’euros. Le gouvernement s’engage à soutenir les éleveurs et la mise en place du matériel qui devra être opérationnel ou commandé au 1er janvier 2022, et à amortir l’augmentation du prix des poules ou de leurs œufs. Une enveloppe de 10 millions d’euros est prévue pour aider les éleveurs à faire face à l’utilisation coûteuse de ces nouvelles techniques.

Un décret ministériel devrait voir le jour en fin d’année confirmant la nouvelle méthode de sexage des œufs, une avancée majeure dans le monde agricole et le bien-être animal.


Enfin une bonne nouvelle pour les poussins ! Le sexage in ovo a de beaux jours devant lui, d’autant plus que de nombreux éleveurs se soucient du bien-être de leurs animaux tout en souhaitant répondre aux demandes des consommateurs citoyens et responsables. La production industrielle des œufs risque d’être impactée sur le plan matériel et économique, néanmoins, si les grandes distributions et les consommateurs sont prêts à accueillir la hausse probable du prix des œufs de quelques centimes, c’est dans l’intérêt de la bientraitance animale. Actu à suivre !

Politique de cookies
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos achats sur notre site, améliorer votre expérience utilisateur, la diffusion de publicités personnalisées, les statistiques pour comprendre comment nos clients utilisent nos services. Des partenaires de confiance ont également recours à ces outils dans le cadre de notre affichage d’annonces. À tout moment, vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies accessibles depuis Votre Compte. .
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos... Lire la suite
Paramétrer vos choix J'accepte Continuer sans accepter