Trier Fermer

Perte de poils chez un animal : à partir de quand dois-je m'inquiéter ?

Chez le chien comme chez le chat, la chute de poils ou alopécie est normale et régulière, en particulier lors des mues saisonnières, au printemps et à l’automne. C’est un cycle naturel au cours duquel le poil pousse, meurt, puis finit par tomber. Le poil a en effet une durée de vie assez courte. Il suffit alors de procéder à un brossage soigné de votre animal. Toutefois, quand la perte de poils devient excessive et laisse apparaître la peau, il y a lieu de s’inquiéter.

Perte de poils chez un animal : à partir de quand dois-je m'inquiéter ?

L’origine du problème

Les raisons d’une perte excessive de poils chez le chien ou le chat sont nombreuses. Il peut s’agir de la présence de parasites cutanés ou de champignons entraînant des maladies de la peau, du stress, du vieillissement de l’animal, d’un trouble hormonal, d’une allergie, d’une alimentation pauvre ou inadaptée ou encore d’un cancer de la peau.

Les parasites ou champignons

Les parasites cutanés sont les puces, les acariens, les tiques ou les poux. Ces insectes sont dits hématophages, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent de sang et deviennent alors rouges. Ils entraînent une perte des poils. L’alopécie peut également être provoquée par la présence de champignons microscopiques. Ces parasites ou champignons sont à l’origine de maladies de peau qui provoquent une chute excessive des poils jusqu’à laisser la peau à vue, ce que l’on qualifie de pelade.
La gale est une maladie de la peau très contagieuse provoquée par un acarien microscopique. Très contagieuse également, la teigne est une maladie des poils de type mycose entraînée par un champignon appelé dermatophyte, littéralement « végétal de la peau ».

Le stress

Anxieux ou stressé, votre chien ou votre chat peut perdre ses poils en grande quantité. Un changement dans les habitudes quotidiennes de votre animal peut le stresser. D’autres facteurs d’anxiété chez un chat ou un chien peuvent être l’absence d’un membre de la famille ou l’arrivée d’un enfant dans la famille. Par ailleurs, l’arrivée d’un autre animal dans le foyer peut stresser votre chat ou votre chien.

Le vieillissement

Votre animal peut perdre ses poils parce qu’il vieillit. En effet, diverses pathologies plus ou moins lourdes liées à l’âge de votre animal favorisent une perte abondante de ses poils. C’est aux poils blancs qui apparaîtront en particulier au niveau de son museau que vous verrez que votre chien ou votre chat vieillit.

Un trouble hormonal

La croissance des poils de votre animal étant régulée sous l’influence des hormones, des troubles hormonaux peuvent être à l’origine d’une alopécie. Le diabète sucré est un exemple de maladie hormonale pouvant provoquer une perte excessive de poils.

Une allergie

Votre animal peut faire une réaction allergique à des piqûres de puces qui entraînent de fortes démangeaisons et une alopécie à force de grattage, de mordillements et de léchage.

L’alimentation

Veillez à offrir à votre chien ou à votre chat une alimentation variée et équilibrée pour son bien-être et pour écarter tout risque de maladie due à des carences.

Le cancer de la peau

Une chute excessive des poils peut être le signe d’une maladie plus grave comme le cancer de la peau qui survient le plus souvent chez des sujets âgés. Il se manifeste par des protubérances et un épaississement anormal de la peau.

Les symptômes

Tout comme les causes de l’alopécie, les signes qui la caractérisent sont nombreux. Il peut s’agir de démangeaisons, de l’apparition de plaques rouges, de croûtes cutanées, de changements comportementaux, d’une perte d’appétit ou d’une apathie. Vous devez être attentif à ces signes.

Démangeaisons, rougeurs et croûtes

Les parasites ou champignons peuvent entraîner des démangeaisons. C’est le cas par exemple des piqûres de la puce qui vont faire que votre chien ou votre chat va se gratter et se mordiller. Ceci va entraîner une chute des poils et peut provoquer des blessures. La gale entraîne elle aussi des démangeaisons et des lésions au niveau de la peau. Le grattage ou le léchage répété est à l’origine de rougeurs, de croûtes, d’écorchures, d’une perte des poils, d’un épaississement de la peau et, dans certains cas, d’infections cutanées.

Modifications du comportement de l’animal

Par exemple, en cas de diabète sucré, votre chien ou votre chat va boire plus que d’habitude et uriner fréquemment.

Perte d’appétit

La chute abondante de poils peut provoquer une perte d’appétit liée à une maladie sous-jacente. Soyez vigilant si votre animal boude son assiette !

Apathie

L’apathie se caractérise par une absence d’énergie, une perte de motivation et une indifférence aux émotions. La perte excessive de poils étant souvent le signe d’une maladie sous-jacente, elle va rendre votre animal très fatigué. Il peut se sentir par ailleurs déprimé.

Les traitements

Une consultation incontournable chez le vétérinaire

Si votre animal perd ses poils de manière excessive, il convient en premier lieu de consulter un vétérinaire. Il saura vous orienter vers le traitement approprié en fonction de l’origine de cette alopécie et en procédant par élimination. Il s’agira de traiter l’origine de cette chute abondante de poils.

Des compléments alimentaires

En fonction de son diagnostic, le vétérinaire pourra vous conseiller d’administrer à votre animal des compléments alimentaires à base de vitamines, minéraux (soufre, zinc) et acides gras essentiels (omégas 3 et 6). Adaptés aux poils, ils freineront leur chute et favoriseront leur repousse.

Une solution antiparasitaire

Si la perte excessive de poils est due à un parasite telles que des puces ou des tiques, le vétérinaire prescrira pour votre animal un antiparasitaire sous la forme d’un collier, d’un spray, d’une pipette, d’un shampoing ou de comprimés.

Des remèdes naturels

Vous pourrez également appliquer sur la peau de votre chien ou de votre chat une huile de soin à base d’ingrédients d’origine végétale. Celle-ci aura pour effet d’apaiser les démangeaisons et contribuera ainsi à ralentir la chute des poils, favorisant ainsi leur repousse.


La perte de poils chez un animal est normale jusqu'à une certaine limite. Si celui-ci présente des problèmes atypiques de peau, et un comportement préoccupant, vous devez sans hésiter consulter un docteur vétérinaire et suivre ses conseils.