Trier Fermer

Dermite estivale du cheval : comment bien la soigner ?

Si vous possédez un équidé, comme un animal de ferme de type âne, cheval ou poney, vous êtes directement concerné par la dermite estivale du cheval. La DERE ou dermite estivale récidivante équine est une réaction saisonnière. Cette allergie se manifeste du mois d’avril à octobre et revient tous les ans si votre cheval est contaminé. Il s’agit d’une réaction allergique aux piqûres de moucherons Culicoïdes et provoque de fortes démangeaisons ainsi que des lésions cutanées. La dermite estivale équine nécessite un traitement adapté pour soulager votre cheval et bien le soigner.

Dermite estivale du cheval : comment bien la soigner ?

Causes de la dermite estivale du cheval

La dermite estivale du cheval ou DERE se développe suite à une piqûre d’insectes : moucherons, mouches, tiques ou taon. L’insecte va piquer le cheval pour se nourrir de son sang. Et c’est la réaction du cheval à la piqûre et à la salive de l’insecte qui va produite cette dermite. En général, les chevaux sont contaminés entre l'âge de 2 et 4 ans.

Selon la région, les animaux sont plus exposés. C’est le cas par exemple de ceux qui sont en permanence dehors dans des régions humides où les moustiques sont nombreux. L’été, avec la hausse des températures, les attaques sont encore plus fréquentes. Tous les équidés peuvent attraper cette maladie, mais certains sont davantage prédisposés. C’est le cas par exemple des poneys, comme les Shetlands, Islandais et Welshs. Chez eux, la dermite est héréditaire. Les Pur-Sang Arabes sont eux aussi prédisposés. Cette pathologie n’est pas contagieuse, mais elle récidive chaque année et peut-être héréditaire. La sensibilité et la génétique du cheval jouent aussi un rôle dans le développement de la dermite estivale.

Symptômes de la dermite estivale chez le cheval

Durant la période la plus critique, de mars/avril à octobre, vous pouvez observer les symptômes cutanés sur votre cheval. Il s’agit de réactions de la peau aux piqûres. Les lésions peuvent être importantes et sous divers aspects. Vous pouvez ainsi voir apparaître des zones avec du poil arraché, croûtes, lésions sanguinolentes ou purulentes. Vous pouvez aussi constater autour de la zone de piqûre des boutons rouges.

De manière générale, les symptômes apparaissent au niveau de l’encolure, de la base de la queue, mais parfois aussi la tête, oreilles, crinière et abdomen. Ils vont apparaître au printemps, puis s'intensifier pendant l'été et s'atténuer à l'automne, pour ensuite recommencer au printemps suivant.

Le cheval, dès lors qu’il va déclencher la dermite estivale, va avoir des démangeaisons qui seront de plus en plus importantes. Il va alors se gratter, se rouler, se mordre et avoir un comportement nerveux et agité. Vous pourrez d’ailleurs observer du crin ébouriffé et même cassé à la base de la queue. Il ira se gratter sur des points fixes comme les arbres, abreuvoirs, bâtiments, parfois même de manière très intense.

Dans les cas les plus importants de dermite estivale, le cheval pourra avoir des lésions sanguinolentes et une ulcération de la peau. En cas de lésions purulentes et sanguinolentes, il peut survenir une infection bactérienne. Il faut donc être très vigilant.

Remèdes et prévention contre la dermite estivale équine

Pour épargner des désagréments et même des souffrances à votre cheval, il va falloir d’abord vérifier qu’il s’agit bien d’une dermite du cheval. Des indices peuvent aider comme par exemple les symptômes, l’environnement, le climat et la présence de moustiques. Il faut donc faire un diagnostic pour adapter le traitement idéal. Et si vous avez un doute ou besoin de confirmation, il ne faut pas hésiter à faire appel à un vétérinaire qui veillera à bien traiter le cheval contre les démangeaisons, les insectes et les piqûres d’insectes.

Pour anticiper la DERE et l’apaiser, de nombreux produits de soin du cheval seront une aide précieuse. C’est le cas par exemple des huiles essentielles, des lotions apaisantes, shampoings hydratants pour renforcer l’épiderme, mais aussi des colliers insectifuges spécial cheval.

Pour apaiser le cheval, l’empêcher de se gratter, calmer les crises et les surinfections, on peut utiliser divers produits. Pour ce qui est de la réaction allergique, des antihistaminiques peuvent aider, tout comme les lotions pour apaiser localement. Si cela ne suffit pas, on peut passer sur des corticoïdes (par exemple dexaméthasone) pour calmer la phase aigüe de la crise. Des shampoings antiseptiques sont aussi utilisés, notamment si les lésions sont surinfectées. Certains propriétaires de chevaux utilisent également la phytothérapie et les compléments alimentaires riches en oméga 3 et 6 pour améliorer l’action anti-inflammatoire.

La cause directe de la dermite chez le cheval étant les piqûres d’insectes, il est évident qu’il faut les éloigner des chevaux. Des répulsifs anti-insectes sont à utiliser en prévention et durant toute la saison à risque. Ils sont en général à base d’huiles essentielles et plantes et sont à appliquer régulièrement. Des produits plus puissants, à base de pyréthrinoïdes seront utilisés en spray ou lotions si nécessaire.

Pour protéger le cheval, on peut également utiliser un masque camouflant sur les yeux et les oreilles pour lutter contre les mouches, moustiques et autres insectes volants. Les couvertures d’été pour chevaux, fines et légères, sont également une bonne solution, à associer avec le masque anti-insectes. Pour renforcer la protection, on vaporisera du répulsif à insectes sur la couverture.

Concernant l’habitat du cheval, il est important de le nettoyer et assainir l’écurie le plus régulièrement possible, pour éviter d’attirer des insectes. On essaiera au maximum de rentrer les chevaux la nuit et éviter de les parquer à proximité de zones humides. Pour la nuit, une moustiquaire peut être posée sur les zones ouvertes de l’écurie et on pourra l’imprégner d’insecticide.


La dermite estivale du cheval est donc une allergie difficile à traiter, et qui revient chaque année entre avril et octobre de manière saisonnière. Elle peut être héréditaire et constitue un réel désagrément au cheval. Il n’y a pas de traitement vétérinaire particulier. On peut faire appel au docteur en cas de doute pour un diagnostic, mais le plus important sera d’apaiser le cheval avec des soins. Des gestes préventifs sont particulièrement utiles et importants, comme par exemple l’utilisations d’insecticides pour faire fuir les moustiques. Quand aux produits de soins qui sont proposés aux propriétaires de chevaux, ils permettent d’apporter confort et apaisement à l’animal.

Politique de cookies
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos achats sur notre site, améliorer votre expérience utilisateur, la diffusion de publicités personnalisées, les statistiques pour comprendre comment nos clients utilisent nos services. Des partenaires de confiance ont également recours à ces outils dans le cadre de notre affichage d’annonces. À tout moment, vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies accessibles depuis Votre Compte. .
Nous sollicitons votre autorisation concernant l'utilisation des cookies ou d'outils similaires pour faciliter vos... Lire la suite
Paramétrer vos choix J'accepte Continuer sans accepter